Rhum Fest Paris 2015

Rhum Fest Paris 2015 – Mes impressions

Bonjour !

Voici mon premier post sur ce blog dédié partiellement au whisky, et qui parlera de…. rhum.

Ce weekend se déroulait l’édition 2015 du Rhum Fest de Paris. Salon dédié aux rhums en tout genre, de toute provenance. Après avoir goûté quelques perles au dernier whisky live, j’ai donc décidé de m’essayer au rhum avant hier.

Je vais vous présenter rapidement ici les quelques expressions que j’ai pu goûter et qui ont retenu mon attention en tant qu’amateur de whisky. Ceci n’est absolument pas une liste exhaustive, je suis surement passé à coté de pas mal de choses. N’ayant pris aucune notes, je vais essayer de les décrire de mémoire… et après une journée comme ça, je ne suis pas sûr que ce sois une bonne idée ! ;-)

Commençons.

Rhum Nation - Jamaica 8 years old

Ce Rum Nation, finit en fut de sherry oloroso, est d’une très grande complexité. Le sherry ajoute de la profondeur sans prendre le dessus. Le tout est un rhum riche et complexe tout en équilibre.

À 53€ à la maison du whisky, c’est presque du vol !

Distillerie de Paris

Voici deux rhums de la distillerie de Paris découvert au stand des “rhums de demain”. La distillerie de Paris a reçu son autorisation de distiller peu avant l’été dernier, suite à une campagne de financement participatif plutôt réussie. Ils ont produit leur premier spiritueux le 22 janvier dernier : c’est du tout récent !

J’avais déjà eu l’occasion de goûter un de leur gin, une vodka aromatisé aux agrumes (d’une fraîcheur étonnante !) et un brandy (mon favori des trois). Tout les trois très réussis.

Voici maintenant au tour de leurs rhums distillés, si je ne m’abuse, à partir de sirop de jus de canne importé (la canne ne pousse pas à Paris ;-). Le second (à droite) a été vieilli quelques mois en fût neuf (provenant d’un tonnelier de cognac, si je ne m’abuse). Originaux, frais, complexe: une belle promesse pour l’avenir !

Ferroni 2007 - Rhum de marseille

Toujours sur le stand des rhums de demain, passons maintenant au Ferroni. Ce rhum de négoce, vieilli et assemblé à Marseille (et oui !), vient “tout juste” d’être commercialisé.

Distillé en 2007 à Belize, vieilli en fûts de bourbon. On pourrai penser à un petit manque de puissance à la vue des 42%, mais ce n’est pas vraiment le cas. C’est riche et profond comme j’aime.

HSE 2005 / 2013 - Islay Finish

Un rhum HSE de 8 ans provenant de la Martinique, vieilli en ancien fût de whisky tourbé provenant d’Islay. J’ai bien essayé de savoir exactement de quel distillerie provenait le fût, sans succès.

C’est un rhum qui plaira aux amateurs de whisky (mais pas que). Le coté tourbe me fait un petit peu penser au Kavalan peated cask de l’an dernier, avec la richesse des fruits exotiques d’un coté et le petit coté fumée / cendres de l’autre.

Passons maintenant aux rhums présentés au stand VIP.

Rhum JM - Armagnac Finish

(Désolé de la qualité exécrable de la photo…)

Il s’agit d’un rhum JM avec une finition en fût de d’armagnac. Il y avait deux autres finitions de proposé à ce stand :

  • Une finition Calvados… qu’on méprendrai pour du calvados. Le fût avait pris le dessus sur tout le reste. Pas mauvais, mais on ne reconnaissait plus vraiment le rhum.
  • Une finition Cognac : Très bon, moins marqué par le fût de cognac que l’avait été la bouteille précédente par le fût de calva. Ceci étant dis, cela ne casse pas 42 pattes à un canard non plus.

La finition Armagnac était de très loin la mieux réussi. Je dirai même qu’elle était extrêmement bien réussi, un mariage parfait entre les deux mondes. D’une complexité et d’un équilibre incroyable. Une profondeur de saveurs vraiment alléchante (j’en ai repris).

HSE - Single cask 2003 / 2015

Encore un HSE. Vraiment succulent. Si je tombe sur une bouteille et qu’elle n’est pas hors de prix, il y a une chance que je me l’achète.

Les bouteilles de très bonnes qualités ont commencer à s’enchaîner (et mon niveau d’alcoolémie avec), donc c’est un peu plus difficile d’aller piocher des arguments dans ma mémoire.

Diamond and Port Mourant 1999 / 2014

Un assemblage de rhum de Demerara distillés avec deux alambiques de types différents :

  • Un alambique Diamond (un double colonne apparemment)
  • Un alambique Port Mourant (Double Pot Still à repasse en bois) : “Vieux de plus de 250 ans et unique au monde : fabriqué en 1732, il opère d’abord dans la distillerie du même nom, avant d’être transféré plus tard à la distillerie Uitvlugt, et enfin en 2000 à l’unique distillerie du Guyana, la bien nommée Diamond.” (source : http://durhum.com/port-mourant-1993/)

Ces deux rhums ont été vieillis ensemble directement après distillation.

Que dire… c’est un des meilleurs rhums que j’ai pû goûter, avec le Uitvlugt qui suit et le Caroni 1998 que j’ai acheté dernièrement (note de dégustation dans un prochain billet).

Super nez qu’on pourrai inhaler des heures durant. La bouche a un profil aromatique lourd, très épicé, tout en puissance qui plaira aux amateurs de whisky . Une finale sur épices et bois brûlé excellente et interminable.

Uitvlugt 1997 / 2014

Terminons avec le Uitvlugt, aussi bon qu’imprononçable.

De mémoire (je n’y mettrai pas ma main à couper), plus équilibré et subtil que le Diamond and Port Mourant. Il en reste pas moins très très riche et puissant. La finale est au moins aussi longue voir même plus longue que le Diamond (et c’est pas peu dire).